Ce mercredi, l’US Avranches (National) affronte le Paris Saint-Germain au Stade Michel-d’Ornano, à Caen, en quart de finale de la Coupe de France (21h). A cette occasion, l’équipe de The Stadium s’est entretenue avec Maxence Derrien (23 ans), capitaine des Avranchinais. Formé au FC Lorient, le défenseur central croit en l’exploit. Entretien.

Maxence, Avranches s’est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de France après avoir notamment éliminé deux clubs de Ligue 2. Peut-on parler d’une épopée à l’image de Calais ou Quevilly ?

Je ne pense pas qu’on puisse encore parler d’épopée… En 2000, Calais est allé en finale de la compétition, en sortant deux clubs de Ligue 1 : Strasbourg en quarts (2-1) et Bordeaux en demi-finale (3-1). Pour un groupe de CFA, c’est encore plus beau ! Nous, pour l’instant, on a battu « que des Ligue 2 » (Laval et Strasbourg) mais c’est déjà un très beau parcours.

Entre le but façon Messi de Jonathan Clauss et le rasage de tête de votre entraîneur, Avranches entretient la magie de la Coupe. Pensiez-vous un jour atteindre les quarts de finale ?

Non, franchement. Même lorsqu’on a joué les 32e ou 16e de finale, on s’est dit : ‘’ce n’est déjà pas donné à tout le monde’’ alors jouer un quart de finale, je n’y ai jamais pensé !

Vous attendiez le tirage au sort avec impatience et là encore la folie s’est emparée du club en tirant le PSG. Quelle a été votre réaction ?

On sortait de notre match remporté contre Strasbourg (8e de finale de la Coupe de France) et on était euphoriques. On a suivi le tirage au sort en direct, tous ensemble avec les partenaires. Personnellement, je voulais tirer une grosse cylindrée donc j’ai été servi ! (il sourit) Je dirais même que le PSG était l’équipe que je voulais.

Que représente le PSG à vos yeux ?

Pour moi, c’est la plus grande équipe en France ! Alors oui, peut-être que Monaco réalise une meilleure saison (l’interview a été réalisée juste avant la finale de la Coupe de la Ligue), mais Paris est une équipe de stars. Il suffit de regarder le nom des joueurs pour se rendre compte que c’est juste exceptionnel ! Grâce à la Coupe de France, on va toucher le haut niveau et affronter une équipe qui joue la Coupe d’Europe.

Ils viendront de jouer le samedi la finale de la Coupe de la Ligue, pensez-vous que l’exploit soit possible ?

L’exploit est toujours possible… Calais l’a prouvé en atteignant la finale de la compétition. Même si ça sera plus que compliqué, on ne doit pas partir battu et penser à faire des photos, on doit jouer !

Le stade sera à guichets fermés (21 000 personnes). Que faudra-t-il pour obtenir la qualification ? Un 12e homme ? Un supplément d’âme de votre part ?

Il faudra en mettre un peu plus que d’habitude. Côté joueurs, il faudra qu’on coure plus vite, qu’on saute plus haut. Et côté spectateurs, ils devront faire plus de bruit. Si on met « simplement » les mêmes ingrédients que d’habitude, ça ne passera jamais…

Est-ce que l’on prépare un match contre le PSG de la même façon que contre une équipe de National ?

Oui et non (il rigole). On n’a pas besoin de faire beaucoup de vidéos puisqu’on les voit déjà une ou deux fois par semaine à l’écran. On essaye de ne pas changer nos petites habitudes. Après, pour un match comme celui-là, on n’a pas besoin de se motiver. Tout le monde est déterminé. Chacun veut faire partie du groupe des 18.

En championnat, c’est un peu compliqué (13e). La Coupe, c’est une bouffée d’oxygène ? Un rêve éveillé ?

Une bouffée d’oxygène très clairement. A un moment, on ne gagnait plus un match en championnat, la Coupe nous a donc permis de rester dedans et de sortir la tête de l’eau. Je dirais même d’apporter de la joie au sein du groupe.

Un match réussi mercredi soir, ça serait quoi ?

Un match où l’on ne passe pas à côté. A la fin de la rencontre, on se doit d’avoir donné une bonne image et ne pas avoir de regrets. La qualification ? Ça serait exceptionnel.

Recueilli par l’équipe de The Stadium.

 

Le quizz du Stadiumer :

Quel est ton joueur préféré ? Et pourquoi ?

Je vais placer au même niveau Thiago Silva (PSG) et Sergio Ramos (Real Madrid). Pour moi, c’est ce qui se fait de mieux à mon poste. Ce sont deux joueurs au profil moderne et technique. Je peux « m’identifier » à eux.

Quel est ton entraîneur préféré ? Et pourquoi ?

Carlos Ancelotti (Bayern Munich). Certes, le jeu de possession du Barça est très beau mais je ne suis pas complètement fan. A l’inverse, je n’aime pas non plus un jeu totalement fermé. Je trouve que le jeu du Bayern Munich est le juste milieu.

Qu’est-ce qui fait « la beauté » du foot amateur ?

La 3e mi-temps ! Dans ce domaine, on est meilleur en amateur qu’au niveau supérieur (il rigole).